Connections, Curvature, and Cohomology: De Rham Cohomology by Werner Greub, Stephen Halperin, Ray Vanstone

By Werner Greub, Stephen Halperin, Ray Vanstone

Show description

Read or Download Connections, Curvature, and Cohomology: De Rham Cohomology of Manifolds and Vector Bundles PDF

Best algebra books

Three Contributions to Elimination Theory

In removal conception structures of algebraic equations in different variables are studied which will arrange stipulations for his or her solvability in addition to formulation for calculating their suggestions. during this Ph. D. thesis we're serious about the applying of identified algorithms from removal conception lo difficulties in geometric modeling and with the advance of recent equipment for fixing platforms of algebraic equations.

Representation theory of Artin algebras

This e-book serves as a complete advent to the illustration concept of Artin algebras, a department of algebra. Written by way of 3 exclusive mathematicians, it illustrates how the idea of just about cut up sequences is applied inside of illustration thought. The authors advance numerous foundational features of the topic.

Extra resources for Connections, Curvature, and Cohomology: De Rham Cohomology of Manifolds and Vector Bundles

Example text

Il Théorème de la division euclidienne. — Soit ???? et ???? deux entiers relatifs, avec ???? = existe des entiers relatifs ???? et ????, uniques, tels que ???? = ???? ???? + ???? et 0 ≤ ???? ≤ |????| − 1. L’entier ???? s’appelle le quotient de la division euclidienne de ???? par ???? ; l’entier ????, le reste. Démonstration. — Soit ???? l’ensemble des entiers ???? ∈ N tels qu’il existe ???? ∈ Z avec ???? = ???????? + ????. L’ensemble ???? n’est pas vide. En effet, si ???? ≥ 0, la relation ???? = ???? · 0 + ???? montre que ???? ∈ ????. Si ???? ≤ 0, soit ???? ∈ {−1, 1} le signe de ???? ; on a la relation ???? = ???????? · ???? + (1 − ????????)???? dans laquelle (1 − ????????)???? ≥ 0 (car ???????? ≥ 1 et ???? ≤ 0) ; par suite, ????(1 − ????????) appartient à ????.

On le note ????(????). Soit ???? et ???? deux entiers dont on a calculé le produit ???? à la main. La « preuve par 9 » consiste à calculer ????(????), ????(????), ????(????), puis le produit ???? = ????(????)????(????) et enfin l’entier ????(????). On a ???? ≡ ????(????) (mod 9), ???? ≡ ????(????) (mod 9), donc ???????? ≡ ???? (mod 9), et enfin ???????? ≡ ????(????) (mod 9). Si le calcul fait est juste, ???? = ????????, donc on doit pouvoir vérifier que ????(????) ≡ ????(????) (mod 9), c’est-à-dire ????(????) = ????(????). Si ce n’est pas le cas, c’est qu’on s’est trompé ! Remarquons cependant que la preuve par 9 ne garantit pas que le calcul fait est juste : elle détecte certaines erreurs (typiquement, l’oubli d’une retenue), mais pas toutes (par exemple, pas l’échange de deux chiffres en effectuant le calcul).

Un des aspects fascinants de cette conjecture est la façon dont Gauss l’a prévue : d’une part sur la base d’une table de nombres premiers assez importante, et d’autre part sur le calcul ∫︀ ???????? numérique de l’intégrale (appelée logarithme intégral) li(????) = ???????? log ???? dont la croissance est en ????/ log ???? lorsque ???? → ∞. Il est remarquable que deux siècles avant que les ordinateurs rendent ce genre de calcul numérique, Gauss ait été capable de prédire ce résultat, d’autant plus que le logarithme intégral fournit le meilleur équivalent possible.

Download PDF sample

Rated 4.82 of 5 – based on 46 votes